Cet événement s'est écoulé

AG 2015 et conférence

100,00 CHF

INSCRIVEZ-MOI
Speaker
Alain Bensoussan Avocat chez ALAIN BENSOUSSAN-AVOCATS, Président du réseau Lexing
Paul THERON Co-director of the "Aerospace Cyber Resilience"​ research chair - Critical infrastructure resilience
Pascal Verniory Responsable juridique de la DGSI (Direction générale des systèmes d'information)
DÉBUT
14/04/2015 15:30
fin
14/04/2015 19:00
ADRESSE
Hôtel Alpha-Palmiers, Petit-chêne 34, 1003 Lausanne,    View map

Du droit des robots à la cybersécurité des systèmes de contrôle

La robotique figure au nombre des technologies clés à l’horizon 2020 et l’essor des projets techniques rend incontournable la problématique du cadre juridique applicable. La question du droit et de la cybersécurité sont déterminants de l’acceptabilité de cette technologie.
L’activité robotique peut-elle s’autoréguler elle-même ou faut-il créer un cadre juridique spécifique?

Faut-il un droit des robots ? Conférence de Maître Alain Bensoussan, avocat technologue, Cabinet Bensoussan, président et fondateur de l’Association du Droit des Robots (ADDR)

Le développement des marchés de la robotique, de l’internet des objets et de la virtualisation conduit à l’émergence d’une nouvelle spécialité : le Droit des Robots.
Sur le plan technique la robotique est au croisement de plusieurs secteurs d’activités : mécatronique, électronique, optronique, logiciel embarqué, énergie, nanomatériaux, intelligence artificielle, connectique.
Si le droit des objets tel qu’il existe actuellement encadre les robots ménager de type grille-pain, il est totalement inadapté aux nouvelles générations de robots nés et à naître.
Les robots nouvelle génération dont il est question, sont des machines dotées d’une intelligence artificielle capable de prendre une décision dans un environnement mobile avec une interactivité avec l’homme. Le droit des biens est à moderniser, celui des personnes sans doute aussi. C’est la technologie qui va révolutionner le droit et tous les droits nationaux vont devoir s’adapter. Ils ne sont plus de simples objets, ne sont certes pas assimilables à un animal et encore moins à un être humain, mais les robots nouvelle génération vont désormais avoir des responsabilités du fait de leur capacité d’interaction avec leur environnement. A l’instar de ce qui existe pour les personnes morales, il convient de créer une personnalité-robot… Tel est le thème sur lequel interviendra Me
Le développement des marchés de la robotique, de l’internet des objets et de la virtualisation conduit à l’émergence d’une nouvelle spécialité : le Droit des Robots. Sur le plan technique la robotique est au croisement de plusieurs secteurs d’activités : mécatronique, électronique, optronique, lo- giciel embarqué, énergie, nanomatériaux, intelligence artificielle, connectique.
Si le droit des objets tel qu’il existe actuellement encadre les ro- bots ménager de type grille-pain, il est totalement inadapté aux nouvelles générations de robots nés et à naître. Les robots nouvelle génération dont il est question, sont des machines dotées d’une intelligence artificielle capable de prendre une décision dans un environnement mobile avec une interacti- vité avec l’homme. Le droit des biens est à moderniser, celui des personnes sans doute aussi. C’est la technologie qui va révolu- tionner le droit et tous les droits nationaux vont devoir s’adapter. Ils ne sont plus de simples objets, ne sont certes pas assimilables à un animal et encore moins à un être humain, mais les robots nouvelle génération vont désormais avoir des responsabilités du fait de leur capacité d’interaction avec leur environnement. A l’ins- tar de ce qui existe pour les personnes morales, il convient de créer une personnalité-robot…
Tel est le thème sur lequel interviendra Me Alain Bensoussan.
Faut-il certifier la cybersécurité des systèmes d’automatismes et de contrôle industriel (IACS en anglais, SCADA par exemple) ? Conférence de Monsieur Paul Théron, PhD, FBCI, Thales Communications & Security’s Cyberdefence Bids Manager and Expert on cyber-resilience.
La DG Joint Research Centre (JRC) de la Commission Européenne a lancé un projet d’étude relatif au besoin de « certifier » la cybersécurité des systèmes d’automatismes et de contrôle industriel (IACS en anglais), voici déjà 5 ans. Après une première phase qui a permis de voir toute la difficulté du sujet, un deuxième groupe de travail, que M. Paul Théron a  dirigé, a été créé par la DG JRC.
Ce groupe a confirmé tout d’abord le besoin d’intégrer des composants cyber-sûrs dans les systèmes industriels aujourd’hui encore très peu, voire pas du tout sécurisés. M. Théron présentera donc tout d’abord le sens de cette idée directrice et son cadre normatif et sécuritaire.
Ensuite, au terme de diverses consultations et réunions, le groupe a précisé la notion de certification, ses divers niveaux envisageables et ses modalités possibles. Le conférencier présentera donc ces éléments qui ne constituent aujourd’hui que des points de repère pour des travaux encore à venir.
Enfin, le groupe a élaboré une proposition de plan d’action et de recherche pour 2015-2020. Paul Théron présentera donc, en montrant notamment le besoin de s’y impliquer pour les industriels et les fournisseurs de solutions d’automatisme et de contrôle industriels (tel ABB par exemple, Schneider, Siemens, etc.).
Au-delà, Paul illustrera les concepts de cyber-naïveté, de cyber-crise, et de cyber-résilience.
Automatisation ou autonomisation ? Conférence de Maître Pascal Verniory, avocat, docteur en philosophie (option transdisciplinarité), juriste Etat-Major de la Direction générale des systèmes d’information de l’Etat de Genève.
La complexité semble le propre de notre époque où les déve- loppements des technologies de l’information et de la communi- cation nous ont propulsé de l’ordinateur individuel à l’internet et nous annoncent des robots «autonomes» au point de bousculer ce que nous croyons savoir sur les fondements de la responsabi- lité, qu’elle soit éthique ou juridique.
Cela nous interroge sur les conditions des choix que nous fai- sons et leurs conséquences. L’imprévisibilité, conséquence de la complexité, est-elle comparable à la surprenance propre aux êtres libres? Sommes-nous dépassés par notre techno-science, comme nous l’affirmait Günter Anders? Cette complexité peut-elle au contraire nous faire découvrir qui nous sommes? Comment la phénoménologie peut-elle nous aider dans cette réflexion?

AG 2015 et conférence

100,00 CHF

La robotique figure au nombre des technologies clés

Catégories : ,

Sponsors

STATUT

Cet événement s'est écoulé

0 tickets vendus

Programme

15 : 30 - Assemblée générale du Clusis

16 : 30 - Divers et propositions individuelles fin de l'AG

17 : 00 - L'AG est suivie de la conférence

19 : 00 - Apéritif-dînatoire.